Réponse à Mr Nicolas Bedos 25.09.20

Cher Monsieur #nicolasbedos, je suis au regret de vous annoncer que non, je ne partage aucunement votre enthousiasme (de « pisse-chaud » ? « urine-brûlant » ? ) pour les bisous mortels et les léchouilles empoisonnées, même gluants d' »amour » et dégoulinants de passion moite. Certes, je peux comprendre que les premiers discours mensongers du gouvernement prétendant que le port du masque était inutile aient pu vous troubler. Ils servaient semble-t-il très maladroitement, à pallier la tragique pénurie de masques à laquelle nous étions confrontés ou à s’en dédouaner. Je comprends également que les restrictions soudaines et apparemment contradictoires puissent vous donner l’envie de sniffer du covid 19 et de souffler vos miasmes sur tous les êtres vivants que vous croisez, hommes, femmes, enfants, chiens, chats ou vedettes (à l’exception des personnes âgées, si toutefois comme vous le précisez, elles expriment clairement le souhait que vous gardiez vos fluides à l’intérieur de votre enveloppe corporelle). Le confinement et les restrictions liées à la pandémie sauvent des vies mais ont des conséquences catastrophiques sur l’économie, sur la santé psychologique et donc indirectement sur la santé tout court. MAIS que se passerait-il si nous vous écoutions ? Si nous abandonnions les gestes barrières et le port du masque ? Nous savons que le virus est toujours présent même s’il circule moins, les mesures chiffrées des contaminations le prouvent tous les jours. Si nous vous prenions au mot en arrêtant tout, les urgences et les services de réanimation seraient à nouveau saturés. Cela signifie que nous compterions à nouveau des milliers de morts du covid (pour ma part, je trouve que 30 000 en France, c’est déjà un beau massacre largement suffisant) mais aussi d’autres pathologies que nous ne pourrions plus traiter, faute de place à l’hôpital… Cela signifie que les soignants, les personnels hospitaliers, les « premiers de corvées » seraient à nouveau sacrifiés… Vous parlez des « aînés » mais vous oubliez d’évoquer toutes les personnes vulnérables à ce virus (qui n’est ni la grippe ni un rhume) : les cancéreux, les diabétiques, les malades ou opérés cardiaques (dont j’ai la joie de faire partie), les asthmatiques… Pas mal de gens, finalement. Des personnes jeunes qui ne semblaient pas avoir de « comorbidité » sont mortes, se sont retrouvées sous respirateur ou ont présenté d’importantes séquelles même après la guérison. Vous écrivez « toussons, ayons de la fièvre, récupérons » comme si le covid 19 était toujours une maladie bénigne (sauf pour nos « aînés » bien sûr). Mais c’est faux. Les conséquences du virus sont encore mal comprises : certains après l’avoir contracté pourront retourner parmi les bien portants et d’autres auront de graves séquelles. Certains mourront. Et les données scientifiques sont très claires sur ce point : on récupère rarement de la mort. La « liberté » que vous aspirez si ardemment à retrouver est surtout individualiste. La santé d’après vous si je vous comprends bien serait l’affaire d’un choix individuel insouciant du destin des autres. Chacun pour soi. Et l’État n’aurait pas à s’en mêler. Si je décrypte bien votre logique, la ceinture de sécurité, l’interdiction de l’alcool au volant, les limitations de vitesse, les normes de sécurité… qui peuvent apparaitre contrariantes devraient TOUTES (je mets en majuscule comme vous, c’est vrai que ça met bien en exergue ) être abolies ? Vous parlez d’amour (« On vit. On aime ») mais ce que vous décrivez ne ressemble pas à de l’amour (qui inclue me semble-t-il la prise en compte du bien-être et de la santé du sujet aimé). Ne serait-ce pas plutôt de la jouissance ? Jouissons sans entraves ? C’est bien la jouissance, c’est même très bien (miam-miam) mais ça dure plus longtemps et c’est plus riche quand on fait attention à l’autre – et à soi. En mettant une capote par exemple. Ou un masque. En France, vous êtes célèbre. Votre voix est écoutée et influence plus que celle du commun des mortels. Votre « pamphlet » aura très probablement des effets : des gens seront confortés dans l’idée que porter un masque en intérieur, ça ne sert à rien. Que c’est peut-être même mauvais pour la santé (même s’il génère de la gêne, non, le port du masque ne va pas vous occasionner une asphyxie ou vous empoisonner par inhalation de votre CO2). Qu’on peut organiser des grosses fêtes en lieu clos collés serrés et non masqués… Que vous le vouliez ou non, comme toutes les célébrités, vous avez du pouvoir. Certes, vous n’êtes pas ministre de la santé mais vous faites partie des « influenceurs ». Vous pouvez influencer notre pensée. S’il vous plait, essayez d’être fin et nuancé dans vos avis publics. On peut critiquer les mesures de restriction au cas par cas parce qu’on suppose qu’elles seront plus destructrices que protectrices. Mais inviter à « TOUT arrêter » ? Un célèbre « pisse-froid » « donneur de leçon » (peut-être même mangeur de légumes bouillis ????), un certain Stan Lee, a très bien résumé semble-t-il votre situation avec une réplique un peu galvaudée je vous l’accorde, mais très juste : « A grand pouvoir, grande responsabilité ». S’il vous plait, pensez en termes de collectif. Utilisez votre pouvoir pour protéger la vie, pour que notre société si individualiste soit plus solidaire, plus généreuse, plus humaine, plus douce à vivre. Bien cordialement.

En accompagnement, voici une petite farandole de témoignages de malades du Covid 19, souffrant pour certains de graves séquelles et qui se seront sans doute délectés de votre pamphlet : https://www.youtube.com/playlist?list=PLDcG58HxOFZRXG888RD-ZEEGP0SqWJXr_

PS : L’expression « flicaillons » est un tantinet péjorative, voire subtilement méprisante pour les gardiens de la paix. Ces professions posent certes de nombreux problèmes qui ont été particulièrement mis en lumière ces dernières années et ces derniers mois, néanmoins nous sommes bien heureux de trouver des policiers prêts à risquer leur vie (la risquer vraiment, hein, pas juste pour s’amuser devant les caméras) quand il y a une vague d’attentats. Par exemple.

Différences entre la grippe et le Covid 19 (+ contagieux et + létale) : https://youtu.be/4-S7LLLmN_8

Posté sur les réseaux sociaux le 25.09.20.

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *